Investir dans des parkings

Quoi ?

Acheter un parking dans le but de le louer.

Pour qui ?

Pour les personnes souhaitant générer un revenu immobilier.

Pourquoi ?

Louer et gérer un parking est simple, peu réglementé et ne demande pas ou peu de travaux et d’entretien.

Combien je dois mettre ?

Le montant de l'investissement va varier en fonction de :

  • L’emplacement du parking est le plus important. Plus tu es proche d’un grand centre-ville, plus la place de stationnement est coûteuse.
  • Une place de parking en sous-sol sera vendue plus cher qu’un parking à l’extérieur de l’immeuble. Ce type de parking ne protège ni des intempéries, ni des regards extérieurs.
  • Les places de parking sont très souvent situées dans des résidences. Leur coût varie selon le standing de la résidence et le nombre de places disponibles par habitant.

Il faut compter entre 5 000 € et 10 000 € dans une ville petite ou moyenne, pas en dessous de 10 000 € dans une grande ville, voir plutôt 15 000 € en moyenne. Certains quartiers anciens de Paris, de Lyon ou de Nice affichent des prix allant jusqu’à 70 000 € et plus.

Combien je gagne ?

Dans les grandes villes comme Paris, les loyers oscillent entre 60 € et 200 € environ.

En province, les prix de la location sont plus faibles. Le loyer peut descendre à 30 € dans certaines villes moyennes.

Moins il y a de difficultés de stationnement, moins le prix de location sera important.

Les rentabilités des parkings sont très bonnes !

En moyenne, il faut compter 8 % brut de rendement sur un emplacement de parking.

En combien de temps ?

Les parkings te rapportent des loyers et leur valeur continue à s’apprécier dans le temps. Ainsi, tu gagnes de l’argent chaque mois avec les loyers et aussi lors de la revente à plus long terme.

Quel est le niveau de risque ?

Il dépend de la qualité du bien et de son emplacement, le risque est plus faible qu'un achat immobilier classique.

Avantages :

La rentabilité d’une place de parking vient de l’absence d’entretien et de réparation. Quand tu achètes un parking, tu achètes un morceau de bitume ou de béton. Il n’y a aucune cuisine, pas de fenêtre, d’électricité, d’eau…

Inconvénients :

Les frais de notaire, par exemple, pour un parking vendu 10 000 €, l’acquéreur devra s’acquitter de 1 500 € à 2 000 €, soit entre 15 et 20 % du prix d’achat.

Concernant les emplacements de parkings, les voitures autonomes vont changer la donne. Je ne sais pas dans quelle mesure, ni quand, ni comment, mais il convient d’y réfléchir avant tout achat de parking.

Quelle fiscalité ?

Le propriétaire du parking s’acquittera de la taxe foncière (entre un et trois mois de loyer selon les villes).

Tu peux opter pour le régime micro-foncier si les loyers de tes parkings et appartements ne dépassent pas 15 000 €.

Exemple :

Vincent a payé son parking 7 500 € avec les frais de notaire. Il loue le parking 50 € par mois, soit 600 € par an. J’ai pris volontairement des chiffres très standards. Il n’a pas fait une super affaire et c’est dans la moyenne.

Il a 150 € de charges par an : assurance, charges de copro, taxe foncière. Ce qui fait un rendement net de charges de 6%.

Vincent est dans une tranche à 14 % de l’impôt sur le revenu auxquels s’ajoutent les prélèvements sociaux.

Le rendement net de charges et d’impôts tombe à 4,7 %.

Soit 30 € par mois, c’est quand même 360 € par an.

Cette somme peut payer une semaine de vacances ou un beau cadeau de Noël.