Investir dans l'art

Quoi ?

Investir dans les oeuvres d'art de grands artistes

Pour qui ?

Surtout pour les passionnés d'art.

Pour agrandir le patrimoine des investisseurs confirmés.

Pourquoi ?

Faire de l'optimisation fiscale.

Combien je dois mettre

Déjà, pas plus de 10 % de votre patrimoine dans ce type de placements.

Concernant les tickets d'entrées :

Dans le monde, 80 % des acquéreurs d’art en ligne dépensent moins de 5000 € par oeuvre selon un rapport de Hiscox, compagnie d’assurance spécialisée dans l’assurance d’oeuvres d’art.

Enfin, le haut du panier à partir de 100 000 € représente les 20 % des oeuvres du marché de l’art, mais c'est aussi dans cette catégorie que sont échangés les plus grands artistes avec les meilleurs indices de côte.

Quoi qu'il en soit, la différence se fera sur le choix de l'artiste côté, la meilleure technique est de regarder les classements internationaux comme le Top 500 mondial des artistes pour ce faire une idée.

Combien je gagne ?

Artprice, leader mondial des données sur le marché de l’art, le qualifie même de très rentable. La société a effectué des calculs sur des millions de transactions. La plateforme estime que le rendement d’une oeuvre achetée 20 000 € est en moyenne de 9 % par an. Ce chiffre monte à 12 – 15 % pour une oeuvre de 100 000 €. On est donc sur des niveaux de rendements attractifs.

En combien de temps ?

Il est important d’investir à long terme si vous voulez vraiment obtenir une rentabilité intéressante.

Quel est le niveau de risque ?

Il existe des arnaques, toujours demander un certificat d’authenticité afin de prouver que l’oeuvre est unique.

Le capital n’est pas garanti, donc il n’est pas exclu que tu fasses une moins-value au moment de la revente de l’oeuvre d’art.

Avantages & Inconvénients :

Pour investir sur le marché de l’art, il est important de vous intéresser à ce secteur au global, car le manque de connaissances sur le marché de l’art vous portera préjudice.

Il est donc nécessaire d’avoir un intérêt fort pour l’art afin de posséder un oeil suffisamment aiguisé pour détecter ce qui va plaire aux collectionneurs dans quelques années.

Quelle fiscalité ?

Au moment de la revente de l’oeuvre, vous devez payer des impôts sur les gains, sauf si le montant de la revente est inférieur à 5 000 €. Vous pouvez alors choisir entre les deux options qui s’offrent à vous :

  • Vous pouvez payer 6,5 % du prix de revente. Cette option est surtout intéressante si vous avez possédé l’oeuvre peu de temps et que vous puissez réaliser une plus-value importante.
  • Vous pouvez choisir d’être imposé sur la plus-value à hauteur de 36,2 %, prélèvements sociaux compris, avec un abattement de 5 % par année de détention, au-delà de la deuxième année. Ainsi, vous êtes exonéré d’impôt au bout de 22 ans. Pour choisir cette option, il est essentiel de conserver une facture d’achat afin de prouver la valeur et la date d’achat.

Enfin, lors d’une acquisition d’oeuvre d’art, la TVA est également particulière. Elle est de 20 % du prix d’achat, sauf dans plusieurs cas. Si vous importez une oeuvre d’art provenant d’un autre pays, la TVA est de 5,5 %. Il en va de même pour les oeuvres achetées en France directement auprès des artistes ou de leurs ayants droit. Enfin, il n’y a pas de taxe à l’exportation lors de la revente d’une oeuvre d’art.

Avec qui et comment le mettre en place ?

Il est recommandé de consulter de nombreux sites spécialisés, consulter l’historique des ventes d’un tableau, vous renseigner sur un artiste précis, etc. Encore faut-il savoir utiliser les données récoltées.

L’authenticité de l’oeuvre, il ne faut rien acheter sans attestation d’authenticité de la galerie ou de l’expert représentant l’artiste. Sans ce document, vous aurez des difficultés au moment de la revente.